Carburateur

Chargement en cours...

RETOUR > CONSEILS AUTO

Pièce essentielle au bon fonctionnement du moteur essence avant l’année 1993, le carburateur contribue à optimiser le mélange air-carburant. Désormais, on le retrouve uniquement sur des véhicules anciens et des motos. Bien évidemment, il n’est pas utilisé sur un moteur Diesel. Dans cet article, nous vous donnons de plus amples informations sur cette pièce auto, dont son fonctionnement, ses composants, etc.

Qu’est-ce qu’un carburateur ?

Il s’agit d’une pièce mécanique indispensable pour les voitures avec un système d’alimentation en essence produit avant 1993. Par la suite, ce dispositif a été remplacé par un système d’injection électronique. Par conséquent, le carburateur n’est plus utilisé sur les véhicules récents. Il est uniquement intégré sur un moteur deux ou quatre temps. Son rôle est de préparer le mélange air-essence pour assurer une combustion optimale. C’est également un moyen de réguler le taux de remplissage des cylindres afin de contrôler le couple moteur ainsi que la vitesse de la voiture.

Quels sont les composants d’un carburateur ?

Afin d’optimiser le mélange air-essence, le carburateur est pourvu de nombreux composants. Il y a tout d’abord l’arrivée d’air qui aspire l’air après que celui-ci soit purifié par un filtre à air. Arrive ensuite l’arrivée d’essence, la buse ou diffuseur, dont le rôle est de générer la dépression requise afin d’aspirer le carburant.

Le carburateur comporte aussi un boisseau permettant de réguler les quantités d’air et de carburant admises dans la motorisation ainsi qu’un gicleur, une petite vis trouée dont la fonction est d’introduire l’essence dans la zone de dépression du diffuseur. Sans oublier la cuve qui contient un flotteur doté d’une vis-pointeau qui ouvre ou ferme l’orifice d’arrivée de l’essence. Il y a également le papillon situé dans le conduit et qui permet de réguler le mélange gazeux selon l’effort requis par la motorisation. Cet élément est alors commandé par la poignée ou la pédale d’accélérateur. Pour finir, le carburateur dispose d’une sortie qui communique avec les conduits d’admission pour envoyer le mélange nécessaire pour la combustion.

Le fonctionnement d’un carburateur

La cuve du carburateur contient en permanence une quantité de carburant définie en fonction de sa hauteur. Afin de contrôler le niveau de ce réceptacle, un flotteur va alors commander un pointeau, ce qui permet de faire couler l’essence. Il s’agit d’un paramètre important dans la mesure où le niveau de carburant dans la vue est corrélé au débit de carburant et au niveau de pression. La dimension du pointeau a également une incidence sur l’alimentation de la cuve. Si cet élément est petit, il n’y aura pas assez d’essence. S’il est trop grand, le risque de surplus est supérieur.

Un ou plusieurs gicleurs vont injecter le carburant dans la zone d’aspiration. Le niveau de dépression ainsi que le diamètre de l’entrée d’air (diamètre du venturi ou de la buse) impactent le débit de l’essence projetée. On note également la présence d’un boisseau dont le rôle est de contrôler la quantité d’air et de carburant transmise au moteur. Le papillon du carburateur (un clapet dont le niveau d’ouverture dépend de la pression sur l’accélérateur) va réguler le mélange gazeux vaporisé.

Sachez que le carburateur comporte généralement deux circuits, un circuit de ralenti qui entre en jeu lorsque le moteur fonctionne à son régime minimal ainsi que le circuit principal qui est actionné lorsque le régime excède les 1 500 tours par minute. C’est pour cette raison que le carburateur dispose d’un gicleur principal et d’un gicleur de ralenti.

Bien souvent, le carburateur est muni d’un dispositif de starter automatique ou manuel qui contribue à optimiser le départ à froid. Ce système permet d’enrichir le mélange grâce à la diminution de l’arrivée d’air.

Sachez par ailleurs qu’en fonction de la dimension des soupapes, de la cylindrée de la motorisation et du temps d’ouverture des soupapes, les besoins en matière de mélange comburant/carburant diffèrent d’un moteur à l’autre. Cela explique la différence des tailles de gicleurs, du corps de carburateurs ou encore de la taille de la pompe de reprise.

Les signes qui démontrent que le carburateur est hors service

Le carburateur était un élément essentiel à la combustion et au bon fonctionnement du moteur d’un véhicule essence d’avant 1993. Il détermine la quantité d’essence et d’air pour réguler au mieux le mélange carburant/comburant injecté à la chambre de combustion. En fonction de plusieurs paramètres, dont le régime moteur (régime de ralenti ou haut régime), cet élément va réduire ou augmenter la richesse du mélange air/carburant. Lorsqu’il est endommagé, une réfection est de mise. Vous pouvez facilement trouver les pièces détachées nécessaires pour la remise en état du carburateur. Mais avant tout, comment savoir si ce dispositif est endommagé ?

Il existe plusieurs signes qui indiquent que votre carburateur est hors service, dont la perte de puissance du moteur, le calage du moteur ou encore une surconsommation de carburant. Quoi qu’il en soit, la réparation de ce dispositif nécessite bien souvent l’intervention d’un professionnel. D’autant plus qu’une telle opération requiert l’utilisation d’un matériel nécessaire pour le démontage et le remontage de la pièce à réparer ou à remplacer.

L’entretien d’un carburateur

Élément important au bon fonctionnement d’un moteur essence produit avant 1993, le carburateur doit être entretenu convenablement. Que ce soit un carburateur à double corps, un carburateur Solex ou un carburateur Weber, ce dispositif est à nettoyer de temps en temps. Pour cela, vous devez vous munir d’un nettoyant carburateur adapté.

Cette opération est déclinée en plusieurs étapes. Il faut d’abord démonter le filtre à air et le carburateur à l’aide d’un matériel adapté (clé de pas). Vous devez au préalable désencrasser l’extérieur du carburateur à l’aide d’un pinceau et d’un peu d’essence ou d’un produit aérosol. Nettoyez ensuite les composants du couvercle. Commencez par dévisser le bouchon en laiton et d’autres composants (dont le flotteur, l’entrée d’air, le volet starter, etc).

Pour le nettoyage du corps de carburateur, vous pouvez également recourir à un pinceau et de l’essence. Débarrassez-vous des traces de rouille au fond de la cuve du carburateur. Si les gicleurs sont bouchés, vous devez les nettoyer ou les remplacer.

Si le mélange air/carburant qui alimente votre moteur n’est pas idéal, vous avez également la possibilité de régler le carburateur. Cette opération vise à régler le dosage du carburant et de l’air afin de garantir une combustion optimale. Elle consiste à desserrer la vis de ralenti ainsi que la vis de richesse pour atteindre le régime maximum. Ensuite, il faut revisser la vis de ralenti jusqu’à ce que le moteur atteigne un régime maximal. Vous devez répéter cette manipulation afin d’affiner le réglage du carburateur.