ABS

RETOUR > CONSEILS AUTO

Le système antiblocage des roues, plus connu sous le terme ABS (pour Antiblockiersystem en allemand), est un dispositif de sécurité présent sur bon nombre de véhicules. Il renforce la sécurité en évitant les dérapages et permet d’arrêter le véhicule de manière optimale.

Principe de l’ABS

L’ABS est un équipement de sécurité présent en série sur la plupart des véhicules neufs. Il permet de freiner de manière efficace en empêchant le blocage des roues lorsque le conducteur appuie fermement sur la pédale de frein. L’ABS se déclenche de manière automatique et rend la sensation de freinage moins brutale.

Ce dispositif électronique optimise la pression au sein du circuit de freinage. Sur chaque roue, un capteur de vitesse est associé à un calculateur et à un régulateur afin d’ajuster la pression hydraulique lors du freinage. Ainsi, l’ABS aide à garder le contrôle et la trajectoire du véhicule même sur les surfaces avec une adhérence moindre.

Pendant un freinage d’urgence, lorsque le système détecte qu’une roue se bloque, il régule la pression du liquide de frein et effectue une suite de blocages et de déblocages pour qu’elle retrouve son adhérence et qu’elle ne dérape pas. Quand la roue retrouve de l’adhérence, le système n’ajuste plus la pression et l’ABS ne se fait plus ressentir.

Lorsque l’ABS entre en action, le conducteur peut percevoir une série d’impulsion ou de vibrations, notamment au niveau de la pédale de frein, en raison du changement de pression dans le circuit de freinage.

Si l’ABS permet de conserver une bonne distance de freinage en évitant le blocage des roues, il ne raccourcit pas cette dernière. Il est fondamental de respecter les distances de sécurité pendant la conduite, même sur un véhicule équipé d’ABS !

Ne pas confondre ABS et AFU

L’ABS ne doit pas être confondu avec un autre dispositif de freinage : l’AFU. Sur de nombreux véhicules récents, il n’est pas rare de retrouver ces deux systèmes de sécurité.

L’aide au freinage d’urgence, AFU, est un dispositif qui complète l’ABS. Il accroît la pression au sein du système de freinage lorsqu’il détecte un changement rapide de la pédale d’accélérateur à celle de frein. Ainsi, le véhicule freine à pleine puissance, même lorsque la pédale de frein n’est pas totalement enfoncée.

Un peu d’histoire

Même si l’ABS connaît ses premiers balbutiements dans les années 1920 pour l’aviation, il faudra attendre les années 1960 pour que la société Teldix travaille sur son application à l’automobile. En 1973, l’équipementier allemand Bosch prend une participation de 50 % dans Teldix, bien décidé à mettre au point un système de freinage antiblocage géré de manière électronique.

Cinq ans plus tard, en 1978, Bosch crée une marque déposée et commercialise son ABS qui sera disponible en option sur certaines voitures allemandes de Mercedes et BMW. C’est en 1985 qu’on retrouve pour la première fois une voiture équipée de série avec l’ABS, sur la Ford Scorpio.

Aujourd’hui, l’ABS est devenu un standard sur de nombreux marchés. Depuis 2004, la réglementation européenne oblige les constructeurs à intégrer l’ABS en série sur toutes les nouvelles voitures.