Antipatinage

Chargement en cours...

RETOUR > CONSEILS AUTO

Ces dernières années, plusieurs dispositifs de sécurité sont proposés par les constructeurs afin de limiter les risques d’accidents sur la route. Parmi les technologies qui contribuent à des déplacements plus sûrs, il y a l’antipatinage. Ce dernier peut être appelé TCS pour Traction Control System, ASR pour Acceleration Slip Regulation ou ASC + T pour Automatic Stability Control plus Traction. Il équipe de nombreux modèles de véhicules récents. Le système utilisé varie en fonction du constructeur.

En général, l’Antipatinage fait partie intégrante de l’ABS (système antiblocage des roues) et travaille de concert avec ce dernier. Cela permet de détecter plus efficacement et de prévenir le blocage des pneus directement dans le système de commandes électroniques. En allant de pair avec l’ESP (Correcteur Électronique de Trajectoire), ces technologies aident à mieux corriger les erreurs de trajectoire de la voiture.

Toutefois, l’antipatinage ne doit pas être confondu avec le système de contrôle électronique de stabilité ou ESP. Ce dernier système se révèle plus complexe. Il est devenu obligatoire sur toutes les voitures neuves depuis 2012.

Un système de sécurité efficace

L’antipatinage des roues fait référence à un système de sécurité active dont le rôle est de limiter la perte d’adhérence au sol du véhicule pendant le démarrage, lors d’une accélération ou quand la route dévient difficile. Il aide à réduire le risque de dérapage même sur les surfaces glissantes.

Le dispositif cible surtout le patinage d’une ou de plusieurs roues pendant la phase d’accélération. L’objectif est d’éviter le blocage des roues afin de prévenir les accidents en améliorant le contrôle de la trajectoire du véhicule, ce qui contribue à empêcher la sortie de route et le tête-à-queue.

Pour entrer dans les détails, lorsqu’un véhicule patine jusqu’à pivoter autour de son axe vertical, elle sera stabilisée par le système TCS, ASR ou ASC + T ainsi que les technologies ESP et ABS. Les voitures équipées de ce dispositif bénéficient d’un haut niveau de sécurité même si les conditions de route deviennent difficiles.

Quel est le véritable rôle de l’antipatinage ?

On trouve sur le marché 3 catégories de systèmes antipatinage de pneus : ASC + T, TCS et ASR. Le dispositif TCS sert à gérer l’accélération des roues motrices quand la voiture aborde un ou des virages, ce qui aide à réduire les risques de dérapage pour une sécurité accrue sur la route. Le système ASR, quant à lui, permet de conserver une adhérence optimale lors de la phase d’accélération. Il aide alors à mieux contrôler la trajectoire de votre auto.

L’ASC + T bénéficie des avantages de deux systèmes susmentionnés. Cette technologie est particulièrement efficace lorsque le véhicule se déplace à vive allure sur une voie rapide et permet de faire face aux conditions météorologiques difficiles et aux situations d’urgence.

Détails sur le fonctionnement du système antipatinage

Afin d’améliorer la sécurité des conducteurs et des passagers d’un véhicule, les constructeurs intègrent à leurs voitures neuves de nombreux systèmes électroniques qui contribuent à des trajets plus sûrs. Parmi les systèmes de sécurité présents sur de nombreuses catégories d’autos (4x4, berline, monospace, grandes routières, véhicules utilitaires, etc.) il y a l’antipatinage qui est surtout nécessaire sur une route glissante.

À l’instar de l’AFU (système de freinage d’urgence) et l’ABS (système anti-blocage des roues), l’ASR marche grâce à un ensemble de capteurs installés au niveau des pneus. Ces capteurs de vitesse analysent en temps réel la vitesse de rotation des roues motrices de votre auto. La vitesse des roues est alors transmise à un calculateur électronique. Ce dernier évalue les possibilités de dérapages et œuvre en conséquence. Il agit, par exemple, sur le pneu qui bénéficie d’un appui au sol optimal afin de prévenir la perte de contrôle.

Conseils d’utilisation

Le système anti-patinage est surtout préconisé lorsque les conditions de routes et les situations sont propices à une perte d’adhérence. Tel est, par exemple, le cas lorsque vous appuyez sur l’accélérateur sur une route à faible résistance au glissement : verglas, chaussée mouillée, etc. Dans ces circonstances, cette technologie améliore la sécurité routière au même titre que l’aide au freinage d’urgence qui est désignée sous le sigle AFU.

En revanche, il est conseillé de désactiver ce système électronique antipatinage lorsque vous démarrez sur une route recouverte de neige, boueuse, etc. Dès que la voiture est en marche, vous pouvez enclencher le système et tirer profit de tous les avantages offerts par cette technologie, dont un grip optimal, une bonne tenue de route et un excellent contrôle du véhicule.

Quand vous conduisez à vitesse réduite sur la neige, pensez également à désactiver ce dispositif d’aide à la conduite. Dans ce genre de situation, vos pneumatiques doivent parfois patiner un peu pour que la voiture puisse avancer.

Pour que ce système soit efficace, il faut respecter ces conseils d’utilisation. Vous devez également veiller à ce que la pression des pneus soit adaptée.

Rappelez moi !