Appui-tête actif

Chargement en cours...

RETOUR > CONSEILS AUTO

Pour des trajets plus sûrs, les véhicules d’aujourd’hui sont équipés de toute une série de dispositifs comme l’airbag ou encore la ceinture de sécurité. L’appuie-tête actif fait également partie des systèmes qui garantissent un niveau de protection supplémentaire. Cette technologie consiste en un support de tête mobile permettant de prévenir le coup du lapin en cas de choc frontal ou choc arrière. Voici l’essentiel à retenir sur ce dispositif.

Principe de l’appui-tête actif

D’un point de vue extérieur, ce dispositif de sécurité ressemble à un repose-tête classique intégré à un siège de voiture. Mais, si ce dernier est destiné à optimiser le confort, le premier permet d’améliorer la sécurité des passagers des véhicules motorisés. Il sert, en effet, à minimiser les blessures lors d’un accident en évitant que la tête du conducteur soit violemment projetée vers l’arrière lors d’un choc à l’avant ou à l’arrière du véhicule.

Historique de cette technologie

C’est en 1921 que l’appui-tête actif a vu le jour. Cette technologie n’est toutefois utilisée que dans les années 60, par Mercedes-Benz. En 1969, la NHTSA pour National Highway Traffic Safety Administration a ensuite recommandé le dispositif à tous les constructeurs automobiles.

Par la suite, le constructeur automobile Saab a amélioré le système et l’a mis sur le marché en 1995 en l’intégrant à son 9-5. Depuis lors, d’autres variants de ce produit se sont fait remarqués, dont :

  • Anti-Whiplash de Renault : qui sert à retenir les épaules des passagers afin que la tête puisse se rapprocher de l’appui-tête.
  • WHIPSde Volvo : qui consiste à déplacer l’ensemble du dossier.

Sur quels véhicules peut-on retrouver cette option ?

L’appui-tête actif n’est pas disponible en option. En d’autres termes, il fait partie de la conception générale d’une auto et ne peut être intégré à un modèle qui n’en dispose pas originellement. Ce système est actuellement proposé par un grand nombre de constructeurs automobiles. En général, il est présent sur les véhicules haut de gamme et accorde des protections supplémentaires sur la route.

Fonctionnement de l’appuie-tête actif

Pour optimiser la sécurité des passagers et du conducteur dans l’habitacle, il existe deux types d’appuie-tête actif dont :

  • L’appuie-tête mécanique(ensemble de tiges, de ressorts et de levier) : Dès lors qu’une collision se produit, la tête du passager va d’abord partir vers l’avant puis vers l’arrière, tandis que son dos s’enfonce dans le dossier. Cette action va alors permettre de pousser un levier qui actionne automatiquement l’appui-tête. Ce dispositif va servir de cale en basculant vers l’avant pour réceptionner la tête.
  • L’appuie-tête électronique: ce type de dispositif dispose de capteur qui envoie des informations à une unité de commande située dans le dos du siège. Cela va alors provoquer l’inclinaison du coussin vers la tête. Cette technologie permet d’analyser la force d’impact ainsi que le poids des occupants afin de déterminer la vitesse d’activation du système pour une meilleure performance.

Comment bien utiliser les appuie-têtes actifs ?

Afin d’optimiser le fonctionnement de l’appui-tête actif, le dispositif doit être bien ajusté à la taille de l’occupant du siège pour auto. Pour ce faire, il est conseillé de suivre les instructions inscrites par les concessionnaires. Notez toutefois que ce type de système n’est pas adapté à une personne trop courte ou trop grande. De plus, la modification n’est possible que si le coussin est séparé du siège.

Les avantages et les limites de l’appuie-tête

Lors des collisions à l’arrière d’un véhicule, les passagers subissent généralement ce qu’on appelle « coup du lapin ». Ce terme désigne un traumatisme de la colonne cervicale. Cette lésion peut être plus ou moins grave, selon la vitesse et la violence d’impact. Au mieux, elle peut provoquer de désagréables sensations au niveau du cou, à la base du crâne et à la tête. Dans les pires des cas, ce genre d’incident peut entraîner la mort. L’appui-tête permet de réduire ce genre de risque.

Ce type d’appui-tête étant très réactif, il s’active en quelques secondes seulement et ne nécessite aucune commande de la part du conducteur ou des occupants.

Bien que les inconvénients ne minimisent pas les avantages de ce dispositif, il convient d’en prendre note afin d’assurer une sécurité maximale :

  • Le coussin, qui est souvent positionné de manière à se pencher légèrement en avant, repose sur la tête. Cela peut être particulièrement inconfortable et fatigant pour la nuque, surtout durant un long trajet ;
  • Pour le système d’appuie-tête actif mécanique, les composants peuvent parfois présenter des défaillances. Ce type de dysfonctionnement est causé par des pièces usées ou de mauvaise qualité. Dans ce cas-ci, il est alors important d’effectuer une vérification ponctuelle du dispositif.

Rappelez moi !