FAP

RETOUR > CONSEILS AUTO

La pollution atmosphérique n’est pas uniquement un problème environnemental, mais peut également avoir des conséquences néfastes sur la santé. Elle résulte, entre autres, de l’émission de gaz nocifs des véhicules. Pour lutter contre ce fléau, l’utilisation du FAP ou filtre à particules est préconisé. Voici l’essentiel à savoir sur ce dispositif.

Qu’est-ce qu’un FAP ?

L’acronyme FAP (filtre à particules) désigne un dispositif mécanique placé sur la ligne d’échappement, avant le silencieux et après le catalyseur. Son rôle est de réduire l’émission de particules fines dans l’air. À l’origine, ce système est dédié uniquement aux véhicules diesel.

L’utilisation de ce filtre entre dans le cadre de la norme Euro 5 qui préconise une diffusion de particules fines d’environ 5 mg / km. Cela correspond à un taux de moins de 80 % par rapport à celui de la norme Euro 4. Grâce à cette technologie, les voitures concernées émettent moins de monoxyde de carbone, d’oxyde d’azote, etc.

Le FAP est-il obligatoire ?

Le filtre à particules est obligatoire pour les véhicules avec un moteur de type diesel depuis 2011. À partir de 2018, cet impératif a été généralisé pour toutes les autos essence neuves. Ce dispositif permet aux autos de répondre aux dernières réglementations en vigueur. Il entre dans le cadre de la mise en oeuvre des normes Euro 5 et Euro 6, des critères essentiels pour pouvoir bénéficier de la vignette « Crit’Air ».

Comment fonctionne le FAP ?

Le FAP s’avère être un outil indispensable pour limiter l’émission de gaz nocifs dans l’atmosphère, ce qui permet de protéger l’environnement et la santé des habitants. Son fonctionnement est divisé en deux phases bien distinctes.

Dans un premier temps, le dispositif minimise la diffusion des particules en les filtrant. Par conséquent, une couche de suie se forme sur la paroi de cet appareil. Si cet amoncellement devient important, les performances du moteur peuvent être réduites. Pour éviter que cela ne se produise, il est nécessaire de nettoyer régulièrement le système afin de se défaire de la couche de suie. Il s’agit, par exemple, de la combustion de la suie en augmentant la température à l’entrée du filtre grâce à l’injection d’une quantité minime de gazole dans le catalyseur relié au FAP.

Les limites du filtre à particules

Certes, le FAP constitue un système sophistiqué qui aide à limiter drastiquement la diffusion de particules fines dans l’air, mais ce dispositif n’est pas infaillible. Il ne permet pas de filtrer les particules inférieures au micromètre (10-6m), or il s’agit des hydrocarbures imbrulés et des résidus de gaz qui peuvent être particulièrement dangereux pour la santé.

Comment identifier les signes d’un FAP encrassé ?

Cet appareil bénéficie d’une durabilité exceptionnelle. Sa longévité repose sur plusieurs paramètres : entretien, fréquence de régénérations, style de conduite... Au fil du temps, le FAP peut être encrassé et requiert un remplacement. Pour savoir s’il est temps de changer ce dispositif, vous pouvez vous référer aux indicateurs suivants :

  • Le voyant FAP s’allume ;
  • Calage du moteur surtout au démarrage ;
  • Le moteur perd en puissance car le gaz d’échappement est bloqué.

Si vous êtes en présence de l’un de ces signes, il faut se rapprocher d’un professionnel. Un garagiste ou un mécanicien effectue alors le contrôle de votre véhicule et procède au remplacement du filtre à particule si cela est nécessaire.